Geburtstagsgeschenk

La conception du portrait de Kobayashi Sensei

Parfois, nous avons eu le sentiment que l'oeuvre avait sa propre dynamique et voulait absolument suivre sa propre évolution. A l'origine, c'est une toute autre composition qui était prévue mais, avec le temps et sous l'impulsion de différents Aikidoka, elle a pris la forme que vous pouvez voir maintenant.

Cela devait être un cadeau d'anniversaire pour André Cognard Hanshi et être à la hauteur de l'évènement, l'anniversaire de ses 70 ans. Comme souvent, la question s'est posée : « Que pouvons-nous offrir à quelqu'un qui a déjà tout ? ». Il est amateur d'art, nous le savions. Que pouvions-nous donc créer, qui n'existe pas encore et qui, idéalement, permette la contribution de chacun des membres de la 3A Allemagne à la réussite du projet. Cela devait symboliser « bonheur et longue vie » et, en faisant le rapprochement avec le japon, nous sommes arrivés en octobre 2023 relativement vite à l'idée de réaliser une oeuvre composée d'origami en forme de grues (symbole de bonheur). Ce projet permettait la participation de chacun selon ses possibilités. Nous avons tout d'abord décidé de réaliser un portrait de Maître Cognard pixelisé composé de grues. Les premières simulations et prototypes étaient très prometteurs et après de nombreuses recherches, nous avions aussi trouvé une image adaptée que nous pourrions représenter avec relativement peu de pixels. Il faut bien prendre conscience que pour une petite image de 40 x 30 pixels (origami), le nombres de grues nécessaires s'élève déjà à 1200. Nous ne pouvions pas incorporer trop de détails dans l'image. La taille de chaque grue devait aussi être déterminée. Les petites grues étaient très pénibles à plier et les grosses étaient trop fragiles. Nous sommes ainsi tombés d'accord sur l'utilisation de feuilles de 15 x 15 cm qui permettaient d'obtenir de parfaites grues. Le portrait obtenu aurait atteint entre 1,5 et 2 mètres de haut.

Pendant les préparations, la question se posa soudainement de savoir s'il ne serait pas mieux d'offrir un portrait de Kobayashi Sensei, celui-ci pouvant ensuite être placé dans le Kobayashi Ryu Hombu Dojo à Bourg-Argental. Les recherches reprirent donc pour trouver une image adaptée du fondateur de notre école. En conséquence, il aurait fallu déterminer à nouveau les couleurs nécessaires pour les pixels (origami). Le défi suivant consistait à se procurer le papier dans les nuances de couleur correctes pour représenter le visage et le dogi afin d'obtenir une représentation assez bonne malgré la faible résolution et une expression du visage assez vivante. Après une longue recherche du papier idéal, nous sommes arrivés à la conclusion qu'il serait plus simple d'imprimer nous même les papiers dans les couleurs voulues car la couleur de chaque origami devait être définie individuellement pour un rendu global optimal. La question se posa également de savoir comment chaque origami pourrait être fixé à son emplacement précis. Nous avions prévu de les fixer à des fils de nylon dans un cadre en bois, un peu comme une harpe. C'était encore un point qu'il fallait tester.







Le temps passa et, après tous les essais, réflexions et soucis, nous étions déjà en janvier. L'image devait être terminée avant l'anniversaire en mars et la question se posa de savoir s'il était vraiment matériellement possible que des groupes d'aikidoka dispersés dans toute l'Allemagne réalisent en un temps si court tous ces origami/pixels aux couleurs définies précisément. Les papiers auraient dû être imprimés, préparés, comptés pour être adaptés au nombre de membres dans les groupes, envoyés, puis pliés et renvoyés à temps. Les désistements potentiels et les erreurs de pliage étaient impossible à gérer dans le peu de temps qu'il restait. Sabine Kurz proposa que l'image soit réalisée en silhouette 3D et que les grues constituent un décors dynamique en les faisant voler de l'arrière vers l'avant. Elle se mit au travail spontanément et présenta quelques jours plus tard un impressionnant portrait de Kobayashi Sensei grandeur nature ainsi que différents prototypes pour l'agencement des origami. La solution était trouvée : Non seulement le portrait était d'une qualité extraordinaire et exprimait parfaitement la présence et la bienveillance de Kobayashi Sensei mais l'idée de représenter un coucher de soleil avec plus d'un millier de grues serait beaucoup moins compliquée à organiser. Chaque participant pourrait simplement plier autant d'origami qu'il voudrait. A la fin, il suffirait simplement d'avoir à peu près le même nombre de grues dans chaque couleur composant le dégradé du coucher de soleil. Ceux habitués à faire des Origami, pouvant plier une grue en quelques minutes, pourraient en plier un plus grand nombre. Il n'y aurait pas de pression sur les débutants mettant plus d'une demie heure pour leurs premières grues en lisant les instructions ou en regardant la vidéo explicative. Ce système a fonctionné parfaitement. Les papiers de couleurs correspondant au coucher de soleil ont été commandés et envoyés aux groupes. L'enthousiasme des participants a été très impressionnant et nous avons rapidement reçu plus de 1000 grues au début du mois de mars. Grace à cet engagement bien orchestré, nous avons pu nous appuyer sur la légende selon laquelle une grue pourrait vivre 1000 ans. Avec les derniers envois, le nombre de grues a même continué à progresser pour atteindre 1400.

En parallèle, l'équipe chargée de l’arrangement final s'est occupée de la suspension des grues. Cela non plus n'a pas été très facile car la hauteur des grues sur le fil en nylon devait être variable afin de pouvoir adapter la composition pendant sa phase initiale. En fait, il n'y avait pas de modèle pour réaliser cette pièce unique tant et si bien que les phases de développement et de production ont eu lieu quasiment en même temps. Il a fallu encore un après-midi et plusieurs têtes créatives pour trouver la bonne technique de noeud et le système de poids utilisant des petites pierres polies fixées au bas des fils. Le portrait atteignait maintenant une taille de 2 m x 2 m avec une profondeur de 50 cm pour obtenir un effet de relief. Au début, les fils étaient accrochés à des barres en fibres de verre mais il était prévu de les remplacer par un cadre en bois pour donner un aspect plus naturel. Là aussi, la possibilité d'ajuster les points de suspension était un critère déterminant. L'idée d'utiliser une simple planche trouée fut remplacée par l'idée d'Oliver Dundiew d'utiliser un Torii car il a été rapidement clair pour tous que seule une solution de ce type pourrait vraiment mettre le portrait en valeur. Les fixations ajustables ont été réalisées à l'aide de tiges en bambou disposées en étoile. Les dimensions de l'arrangement global ont grandi en conséquence pour atteindre les valeurs finales de 2,3 m de haut x 2,7 m de large. Le salon qui servait d'atelier était devenu trop petit et la construction a dû être démontée et déménagée dans le jardin d'hiver où elle recevrait ensuite le portail réalisé professionnellement.












Après cette longue maturation et les efforts intensifs d'une centaine d'Aikidoka, l'oeuvre était entièrement prête sur son lieu de production vers la fin du mois de mars. Il ne restait plus qu'une petite question : « Comment pouvons-nous apporter tout cela en France sans l'abimer ? ». Cette phase nous semblait compliquée et nous préoccupait depuis un long moment. Etant donnée la taille de l'objet, nous sommes arrivés à conclusion qu'un petit camion serait nécessaire et les chapelets d'Origami ont été protégés dans des emballages en papier en forme de baguette afin qu'ils ne s’emmêlent pas pendant le long trajet. Ainsi, la mise en place en France serait nettement facilitée. Les chapelets d'Origami ont été laissés attachés au Torii pour éviter d'avoir à refaire à nouveau l'arrangement à l'arrivée. Il a déjà fallu deux heures à 4 personnes armées d'une échelle et d’agrafeuses pour produire les pochettes en papier et pour emballer tous les chapelets d'Origami. Comme la hauteur de l'objet dépassait largement la hauteur du véhicule, il a fallu improviser rapidement un petit support pour le transport dans le camion.

Finalement, tout s'est passé comme souhaité et la livraison a eu lieu à temps pour la fête surprise d'André Cognard Hanshi le 06 avril 2024. Cela nous avait semblé être le moment parfait pour donner le cadeau. Le départ pour la France a été fixé au vendredi. En attendant, il a fallu encore déterminer un lieu adapté au sein du Kobayashi Ryu Hombu Dojo pour exposer le Torii. En effet, une oeuvre aussi grande ne pourrait pas être placée n'importe où. Comme il y a peu de place libre au sein même du Dojo, nous avons eu l'autorisation d'installer l'oeuvre dans le hall d'entrée, un lieu idéal car il permet à cette image grandeur nature de Kobayashi Sensei, comme une réminiscence de son pouvoir d'inspiration, d'être visible de chaque visiteur pénétrant dans le bâtiment. Le vendredi soir, peu avant 20h, notre délégation est finalement arrivée au Dojo et a procédé à l'installation juste à temps. Ainsi, dès le jour suivant, les participant à l'EFE ont pu admirer sous toutes les coutures ce portrait de Kobayashi entouré d'Origami. A partir de maintenant, le fondateur de notre Ecole d'Aikido accueillera souriant chaque personne ouvrant la porte d'entrée.

Le soir, la fête d'anniversaire a eu lieu et a rassemblé 105 invités venant du monde entier. Repas somptueux accompagné de petits spectacles comme un concert de Didgeridoo, de la lectures, des chants et même des petites prestations théâtrales. La fête a duré jusqu'à tard dans la nuit et a été pour tous un événement inoubliable.

Nous remercions tous ceux qui ont pris part au projet et souhaitons à André Cognard Hanshi santé, joie de vivre ainsi que plein de succès dans la mise en oeuvre de ses projets.

André Cognard

© Copyright Aikido 3A e.V. – Alle Rechte vorbehalten